Guide pour les parents de jumeaux

Avoir un enfant est une bénédiction. On parle souvent du plus beau jour d’une vie lors de la naissance. Fruit de l’amour de ses parents, l’allégresse accompagne souvent sa venue. Un enfant à élever est une aventure, tant pour lui, que pour ses parents. Le changement de vie du à l’arrivée d’un bébé est souvent conséquent, en avoir deux d’un coup relève du challenge pour papa et maman.

Guide pour les parents de jumeaux

En effet, il peut déjà paraître compliqué de préparer l’arrivée d’un bébé. Sans l’avoir vécu, il est difficile d’ imaginer ce qui peut se passer dans la tête de la maman lorsqu’elle apprend qu’elle ne porte pas un, mais deux enfants ! Tout ce qui peut avoir été prévu est à revoir... En plus grand ! Tous les plans sont alors bouleversés, il faut repenser l’aménagement de la chambre, choisir une poussette en conséquence, prévoir les vêtements en double... l’arrivée de jumeaux, bien que préparée en amont, n’est que le début d’une longue et merveilleuse odyssée, souvent périlleuse, mais réellement fabuleuse !


Ce petit guide a pour objectif de proposer un tour d’horizon au futurs parents de jumeaux, de répondre au mieux à leurs inquiétudes et interrogations, et, enfin, de leur permettre d’accueillir dans les meilleures conditions leur jumeaux ! Mais au fait, comment se fait-il qu’il y ait des jumeaux ?


Les raisons de la gémellité

Plusieurs raisons permettent d’expliquer la gémellité. Certaines sont avérées comme l’origine ethnique ou la parité, d’autres plus hypothétiques, quoi que statistiquement vérifiée, comme l’exposition à la lumière. Cependant, il est indéniable que la combinaison de ces facteurs donne un éclairage cohérent sur les potentialités d’avoir des jumeaux. Il est tout de même important de noter que le cumul de tous ces éléments ne garantit absolument pas une grossesse gémellaire. On ne peut en effet pas choisir d’avoir des jumeaux ! De plus, et au risque d’heurter la sensibilité des hommes, il apparaît que la gémellité dépende entièrement des femmes... Il est temps d’examiner ces critères d’un peu plus près :


Première raison, les hormones. Bien évidemment, l’ ovulation dépend de plusieurs hormones, présentent en quantité plus ou moins importante dans le corps. Ainsi, un taux élevé de certaines d’entres elles (FHS, oestrogène, progestérone ou FHS...) favorisera une ovulation plus importante et donc, une possibilité de fécondation multiple accrue.


L’alimentation entre aussi, de manière conséquente, en ligne de compte. Elle influencera le taux d’IGF (Insuline Like Growth Factor), une hormone de croissance jouant un rôle importante dans l’ovulation, dont la concentration augmente par la consommation de produits laitiers. Aussi, certains légumes sont sources de substance proche des oestrogènes, hormones qui, comme nous l’avons évoqué précédemment, sont nécessaires à l’ovulation.


L’âge de la maman est également déterminant. Au delà de 35 ans, malgré l’augmentation des risques liées aux anomalies de développement, la fréquence des poly-ovulations est également plus importante. Il nous paraît judicieux de mettre en parallèle de ce point, le nombre d’enfants que la maman a déjà eu. On parle ici de parité. Plus on a eu d’enfants, plus importante sera la chance d’avoir des jumeaux.


Statistiquement, l’origine ethnique peut représenter un facteur d’influence. Ainsi, il apparaît qu’il n y ait que 3 naissances gémellaires pour 1 000 en Asie, quand, en Afrique, ce chiffre passe à 16 pour 1 000.


Il semblerait également que la luminosité joue également un rôle ! La lumière aurait une influence sur une glande pouvant entraîner une ovulation multiple. Deux constats viennent étayer ces propos. Le premier est un nombre élevé de naissances gémellaires les 4 premiers mois de l’année, ce qui induit une fécondation lors des mois où l’ensoleillement est maximum, lorsque les jours ont tendance à « grandir ». Ensuite, cela expliquerai grandement le nombre important de grossesses multiples dans les pays scandinaves, où les nuits sont extrêmement courtes en été.


Enfin, les traitements contre la stérilité peuvent également contribuer, de par la multiplication des embryons, à augmenter les chances d’accoucher de jumeaux.


Enceinte de jumeaux ? On vous dit tout

Une grossesse gémellaire se distingue fortement d’une grossesse dite « normale ». En effet, deux fœtus doivent ici se développer jusqu’à jusqu’à leur terme. Représentant seulement 2% des grossesses, les naissances de jumeaux occupent malheureusement une place de choix en terme de réanimation néo-natale !

Un suivi médical intensif est indispensable. Les risques encourus, par les enfants et la maman, sont beaucoup plus important que pour une grossesse simple.


Le principal risque lié à ce type de grossesse reste l’accouchement prématuré, qui représente 80% des cas. A cela s’ajoute, dans le pire des cas, la mortalité néo-natale. D’autres complications sont à prendre en compte concernant la prématurité. Cette dernière entraînera souvent des difficultés respiratoires, des retards de développement, ou encore une immaturité du système nerveux. Pour la maman, il s’agira souvent de prise de poids conséquente, accompagnée d’hypertension artérielle, d’anémie ou de diabète gestationnel.


Vous l’aurez compris, la grossesse gémellaire n’est pas une mince affaire. Il conviendra de s’inscrire très tôt dans une maternité disposant d’un service de réanimation nép-natale. L’échographie de début de grossesse permettra de savoir , avant la 14ème semaine, si les jumeaux partagent le même placenta. Selon le type de grossesse, bichoriale (2 placentas) ou monochoriale (un placenta), une échographie aura lieu, respectivement, tous les mois, ou tous les 15 jours.


En complément, il sera judicieux de se faire suivre dans un centre spécialisée pouvant aisément accueillir des jumeaux prématurés, et bénéficier d’un suivi personnalisé pour ce type de grossesse, par une équipe rompue à ces pratiques. Enfin, il est recommandé de s’approcher d’associations de jumeaux, ou de naissances multiples, afin d’échanger et d’appréhender au mieux l’accouchement, et la nouvelle vie qui s’annonce.


Vrai jumeaux ou faux jumeaux ? Explications

Vulgairement nous parlons de vrai ou faux jumeaux. Scientifiquement parlant, ce phénomène porte un nom précis, et se caractérise par une forme de développement très précise dans chacun des cas. On parle donc de jumeaux monozygotes, et de jumeaux dizygotes.


Dans le premiers cas, jumeaux monozygotes, un spermatozoïde féconde un ovule, qui, par la suite, se divisera en deux parties. Deux embryons se développeront, de manière égale, donnant naissance à de vrais jumeaux, monozygotes. Concernant le placenta et la poche de liquide amniotique, 3 cas distincts existent pour les vrais jumeaux. D’abord, il peuvent se développer dans une même placenta, avec la même poche de liquide amniotique. Mais il est également possible qu’il y ai deux poches de liquide dans un même placenta. Ou encore, deux placentas, et deux poches distinctes, cela dépendra du moment où aura lieu la division de l’oeuf initial en deux embryons. Dans tous les cas, les enfants auront le même sexe, et, partageant un seul et même patrimoine génétique, se ressembleront comme deux gouttes d’eau.


Pour des jumeaux dizygotes, deux ovules sont fécondés par un spermatozoïde, et cohabiteront dans l’utérus, côte à côte. Cette fécondation donnera naissance à de faux jumeaux, dizygotes. Dans ce cas précis, les fœtus sont indépendants l’un de l’autre, et bénéficient donc, chacun, d’un placenta, et d’une poche de liquide amniotique. Ces jumeaux ne seront pas nécessairement de même sexe, et se ressembleront comme on ressemble à un frère ou une sœur.


Bons conseils pour les jumeaux

Elever et éduquer des jumeaux est, certes, spécifique, mais, dans les grandes lignes, on procèdera de la même manière qu’avec un enfant « seul ». En effet, les mécanismes sont les mêmes. Il s’agira de les dorloter, les faire manger, dormir, de les laver correctement... de les chérir et de les aimer.


Le fait qu’ils soient deux nécessitera surtout une organisation totalement différente. C’est ce que nous verrons dans ces lignes.


Mais avant, un point nous paraît essentiel.


Il est impératif de dissocier les jumeaux dans le sens où chacun est unique. Personnalisez votre relation avec chacun d’eux, tout en les traitant équitablement. Ils ne doivent pas être vus comme « des jumeaux » mais comme deux enfants distincts. A titre d’exemple, lorsque vous les évoquez en leur présence, ne dites pas « les jumeaux », mais nommez les chacun par leur prénoms. Cela peut paraître anodin, mais cette démarche est très importante pour leur développement.


Question organisation, c’est un défi. Il faudra tout revoir, et, surtout, prioriser et déléguer ! Outre le fait d’acheter tout le nécessaire en double, une bonne planification sera indispensable à votre bien être. Si vous pouvez vous faire aider, n’hésitez pas ! Une tata ou une mamie se fera un plaisir de vous épaulez, ce soulagement ponctuel vous fera le plus grand bien. Profitez au maximum des moments où vos enfants dorment pour vous reposer. Instituer un rituel de dodo à une heure fixe vous aidera grandement. Il sera d’autant plus facile de les faire dormir qu’ils auront préalablement pris un bain. Cependant, n’en abusez pas. Un bain tous les deux jours les 3 premiers mois est largement suffisant.


Maintenant, vous savez tout ! Vos jumeaux, vrais ou faux, peuvent arriver en toute sécurité. Profitez de la grossesse pour vous équiper correctement, planifier, réorganiser votre espace de vie, et préparer le papa à revoir ses priorités. Fini les soirée pizza football, son aide n’est pas négociable. Déléguez au maximum et surtout, dites vous que c’est temporaire. Ils grandiront plus vite que vous ne le pensez, alors, profitez d’eux !

Article de ma même catégorie

Commentaire(s) sur Guide pour les parents de jumeaux

Qui êtes-vous ?
Votre message